Lanaudière… moutons, carottes, bâtons!

6 mars, 2008

Réaction au rapport Pronovost, par Marc-Antoine Minville*

Classé sous Débats et réflexions — Marie-Odile Lebeau @ 11:56

Vous pouvez lire le rapport final de la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois à l’adresse suivante:

www.caaaq.gouv.qc.ca/userfiles/File/Dossiers%2012%20fevrier/Rapport%20fr.pdf -

Lueur d’espoir pour la paysannerie et les habitants du Québec 

Joliette, 6 mars 2008 

Il y a maintenant plus de 3 semaines que la Commission sur l’avenir de l’agriculture a déposé son rapport. Un rapport étonnant. Sans trop vouloir l’avouer, nous avons tout de même été surpris par le contenu de ce document. Surpris par l’exactitude des problèmes identifiés et des solutions à leur apporter, nous nous attendions à beaucoup plus d’abnégation face aux problèmes agricoles de notre petite patrie… 

Toujours, les commissaires semblent avoir tenté de peser les milliers de propositions selon leur valeur en termes de bien commun, de démocratie et de respect de l’environnement. Il s’en dégage une candeur certaine. Peut-être est-ce la joie de voir couronnées tant d’années de combat, durement (mais joyeusement) menées pour l’agriculture biologique, pour la santé et l’environnement,  pour la démocratie, pour le développement rural et la décentralisation des pouvoirs en région. Pour moi, l’Union paysanne reçoit ici sa mention d’honneur. 

Mais qu’on ne me méprenne pas ! Cette lutte n’est pas seulement celle de l’Union paysanne, projet ambitieux et avant-gardiste d’à peine 6 ans (!), mais bien celui de tout un pan de notre histoire agricole. Il faudrait être amnésique pour ne pas reconnaître ce travail inlassable de milliers de paysannes et de paysans, depuis les premiers cercles d’agriculteurs qui formèrent dans les années 20 l’Union des Cultivateurs Catholiques et les premières coopératives, jusqu’aux grands développements agricoles d’aujourd’hui… Plus  précisément, le rapport Pronovost est un trophée pour ces visionnaires qui, déjà il y a trente et quarante ans de cela, avaient identifiés les pratiques écologiques comme étant les seules qui soient dignes d’être appliquées sur leurs terres. Qu’on pense à ceux et celles qui ont milité avec le MAB (Mouvement pour l’Agriculture Biologique) et qui ont diffusé de l’information par la revue Humus. Ces visionnaires ont ramé à contre-courant, plus souvent qu’il ne faut avec des moyens financiers bien en deçà de la moyenne, pour concrétiser le rêve d’un travail en harmonie avec la nature. Oui, il y a quarante ans, il y a des gens qui développaient déjà ce qu’on appellera bientôt l’agriculture de l’avenir. 

En ce début de printemps 2008, nous pouvons dire que les constats et les diagnostics ont été posés et que la population a parlé, au travers du rapport Pronovost. Les bases -solides- de cette agriculture de demain seraient-elles bientôt posées au Québec? Pas d’illusion! Un rapport seul ne peut faire le poids et changer le monde… ce que ça prend, c’est un rapport … de force! Et une vision. Québécoises et québécois, il est venu le temps de confirmer notre volonté de pouvoir choisir le type d’agriculture qui sera pratiqué chez nous. La souveraineté alimentaire, ça n’est pas un parti politique! Ni même vraiment une option politique. C’est une condition première à la survie, à la santé et à la sécurité d’un peuple. C’est la case départ de tout développement vraiment durable. Ceux qui ont de la misère avec le terme “souveraineté” alimentaire jouent avec les mots. Et ils jouent avec notre avenir, pour protéger des intérêts financiers plutôt de nationaux. 

Il est maintenant temps d’affirmer et de réaffirmer haut et fort le type d’environnement dans lequel nous voulons vivre. Ne laissons pas la langue de bois et les discours technico-économiques saper ces 40 ans d’efforts, agissons maintenant pour notre bien et celui de nos enfants! 

Marc-Antoine Minville 

Membre de l’Union paysanne et fervent défenseur de nos campagnes 

450-960-0606 

fermenterre@hotmail.com 

————————————————— 

L’Union paysanne en appelle à toutes les forces vives citoyennes, paysannes et militantes qui se sentent concernés par l’avenir de notre agriculture et de notre alimentation. Parce que c’est un enjeu de santé publique et de développement régional. Parce que c’est de notre environnement dont il est question, ici au Québec certes, mais aussi parce que notre alimentation repose aujourd’hui sur une agriculture provenant de partout autour du globe.

 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  _ _ _ _ _ _ _ _

* Marc-Antoine Minville est responsable des communications au Conseil de coordination de l’Union paysanne et travaille ici en transformation de produits maraîchers, avec Fermenterre, spécialisée dans les lactofermentations.

Réunion le 16 mars: Plantes médecinales, projet de coopérative

Classé sous Communiqués — Marie-Odile Lebeau @ 11:14

Bonjour à tous!

Lors de la rencontre du 23 février dernier à Ste-Émélie, nous avons convenu qu’il serait utile de se rencontrer par sous-section selon nos intérêts à chacun avant de poursuivre une démarche plus globale au niveau des plantes indigènes. Parmi les trois volets identifiés lors de cette réunion (plantes comestibles, plantes médicinales et plantes destinées à l’artisanat), j’avais pris l’engagement de trouver une date et un local pour la rencontre sur les plantes médicinales.

Je vous invite donc à la première rencontre du volet médicinal de cette possible coopérative en formation. Je vous invite aussi à faire parvenir ce message à toutes les personnes qui pourrait être intéressées par le sujet.

Rendez-vous le dimanche 16 mars, 13h00, au Centre d’Interprétation Multi-Ethnique, 3588 rue Metcalf, Rawdon.

Pour plus d’information vous pouvez me contacter au 450-834-6884 ou par courriel à alex.boisdequin@yahoo.ca

Alex Boisdequin-Lefort

Un passionné des plantes!

4 mars, 2008

Des appuis de Forcalquier (Provence)

Classé sous Communiqués — Marie-Odile Lebeau @ 15:49

Bonjour 

Je pense que nous travaillons et militons dans le même esprit. J’ai rejoint le mouvement slow food dans les années 90 et je mène un vrai combat au quotidien, en faisant passer les messages de façon ludique et joyeuse.Vous trouverez des textes et de l’information sur mon site personnel et mon blog 

Bien à vous 

www.gerardvives.com  http://gerardvives.over-blog.com 

 Gérard Vives

LE COMPTOIR DES POIVRES
10 AVENUE SAINT PROMASSE
04300 FORCALQUIER
FRANCE 

FAX +33 (0)426 030 230
gerardvives@libertysurf.fr 

3 mars, 2008

Appropriation de notre blogue, Lanaudière… moutons, carottes, bâtons!, lors de la fête des semences du 9 mars

Classé sous Communiqués — Marie-Odile Lebeau @ 21:08

Malgré le mauvais temps et les difficultés des chemins enneigés, beaucoup de personnes ont pu participer à la fête des semences. Quelques-uns ont apporté leur contribution en direct…

 Voici quelques commentaires recueillis:

Yohan Cyr:

Nouvelle famille à la recherche de jardinage et d’habitat favorable à un projet collectif. Je sais cultiver une grande variété de plantes de façon écologique et alternative. Idéalement un endroit sauvage qui permettrait de se loger à plus long terme. Même un campement peut servir… 

 Ludovic:

Très belle initiative!
Que vivent les marchés!
Que l’Internet puisse promouvoir l’agriculture paysanne et les échanges! 
En espérant qu’on puisse s’approprier et utiliser cet espce plus que nécessaire! Longue vie!  

à l’article: Place du marché …  François Hébert:Bonjour, belle jounnée hivernale et neigeuse pour cette rencontre de gens de notre pays. Des parents,des enfants des jeunes et moins jeunes pour perpétuer une agriculture durable, humaine dans le respect de cette terre qui nous acceuille, nous les humains. Bien content d`etre içi aujourd`hui.à l’article: Dimanche 9 mars, tempête Maurice Paquin | sagi-terre@intermonde.net

Un bon jour à Yvon,
je vous encourage à cultiver cette variété des plus intéressante pour notre santé, surtout en vieillassant, l’amidon ne se transforme pas en sucre, ce qui particulièrement intéressant pour ceux qui ont des probèmes de diabète. Préparez vous à consacrer un territoire particulier car ils prolifèrent généreusement. Ils n’ont pas besoin d’un sol riche, très intéressant pour nos sols sableux. Au début de la colonie, ils cultivaient cette plante pour plus tard s’en servir à nourrir les porcs. Ils travaillaient si bien le sol que l’année suivante on pouvait jardiner!
Maurice Paquin 

à l’article: Beaucoup de « pour » pour les topinanbours

Un grand Merci à tous ceux qui écrivent, témoignent, apportent leur expertise, et questionnent! Ce blogue appartient aux citoyens, artisans et experts participant à la transformation responsable de nos pratiques de production et consommation de produits et denrées sauvages et cultivées d’ici…

29 février, 2008

Réflexions sur « une agriculture durable », extrait de « D’un soleil à l’autre », site de Radio-Canada

Classé sous Débats et réflexions — Marie-Odile Lebeau @ 11:44

 Voici  le lien:

http://www.radio-canada.ca/radio/emissions/document.asp?docnumero=14872&numero=1660

et l’extrait, incluant un lien vers la bande audio de l’entretien:

« Société
Réflexions sur

Pour que dure l’agriculture
[Le samedi 12 novembre 2005]

Lors du Forum sur l’agriculture durable présenté à Québec par l’Institut agricole du Canada les 7 et 8 novembre derniers, plusieurs participants ont parlé de la fragilité de l’agriculture et de celle des paysans. Hélène Raymond propose un reportage sur la crise et ses solutions. 
 
Plaidoyer pour un agriculture diversifiée 
Les modes de production, la productivité, la concentration des terres laissent en plan des millions de paysans et ébranlent les agriculteurs des pays développés. À l’occasion du Forum sur l’agriculture durable présenté à Québec par l’Institut agricole du Canada les 7 et 8 novembre derniers, plusieurs ont rappelé la fragilité de l’agriculture et celle des paysans. Hélène Raymond propose un reportage sur la crise et ses solutions. 
 
Les invités  

  • Jacques Proulx, de Solidarité rurale,  
  • Guy de Bailleul de l’Université Laval 
  • Chantal-Line Carpentier de la Commission de coopération environnementale de l’ALENA 
  • Marcel Mazoyer de l’Institut national agronomique Paris-Grignon. Il a publié Histoire des agricultures du monde: du néolithique à la crise contemporaine, avec Laurence Roudart aux éditions du Seuil. Ils ont adapté cette même histoire, pour le jeune public chez Autrement junior. 
     
  • spacer dans Débats et réflexions
    spacer Extraits audio (titre) spacer
    spacer Pour que dure l’agriculture, un reportage d’Hélène Raymond
    [Écoutez l’extrait audio »]
    00:15:90

    26 février, 2008

    S’attendrir, s’étendre sans attendre… sur l’escalier rond d’autrefois

    Classé sous Traditions — Marie-Odile Lebeau @ 16:36

    S'attendrir, s'étendre sans attendre... sur l'escalier rond d'autrefois dans Traditions escaliersronds1

    À gauche: À Saint-Alphonse, aménagé en 2005… le palier est fait dans un ancien moule  de pin jaune, une espèce qui serait aujourd’hui disparue. Le moule de la fonderie Vessot de Joliette a été acheté de l’antiquaire retraité Robert Mondor, d’un lot varié de morceaux plus ou moins intacts de ces ouvrages précis aux formes souvent étranges… Leur fonction pratique ancienne nous échappe déjà… Les contours de l’escalier de béton avec insertion de tessons de diverses origines (vieille vaisselle, granit, marbre, verre…) sont encerclés par une finition de bois de grange récupéré. Tout ce bois est fréquemment traité à l’huile de lin bouillie diluée de térébentine. Ce traitement donne une protection hydrofuge assez efficace, à renouveler souvent, tout en nuançant le bois d’une belle teinte chaude, et constitue une excellente façon d’éloigner maringouins et brûlots de cet espace d’accueil et de repos à la fois…. 

    A droite: Photo d’archives représentant un escalier d’autrefois à l’Assomption.

     

    25 février, 2008

    Modes de vie loin des modes

    Classé sous Une écologie inclusive... — Marie-Odile Lebeau @ 20:22

    imgp1249.jpg      installation septique et potager

    Se mettre à table sans avoir les bleus…

    À gauche, une terrasse entourée d’arbres pêche le soleil en s’accrochant au ciel… sans amputer les précieuses racines et cimes de nos conifères et feuillus, des géants aux dimensions fort utiles dans cet environnement troué de lacs…

    À droite, aménagement encore jeunot d’une installation septique répondant aux nouvelles normes, sur un petit terrain de bord de lac… On y a profité de la dépense pour installer confortablement un petit potager rustique offrant surtout des herbes et légumes feuilles… tout mêlé qu’il est avec des vivaces géantes et rampantes et un entrelacement de sentiers fonctionnels et coquins.

    Beaucoup de « pour » pour les topinanbours…

    Classé sous D'ici et dans mon assiette — Marie-Odile Lebeau @ 19:19

    Qui a récolté le dernier des topinambours dans la région? Est-ce encoreYvon Sylvain de la ferme de l’Énergie, à Sainte-Émélie… le 23 février dernier?

    Pour qui veut palper de plus près ce beau légume racine et en connaître plus, consultez le lien suivant (fin de l’article) …et visitez-nous à la fête des semences, le 9 mars prochain, au CEGEP Joliette de Lanaudière.

     Voici deux extraits du site ci-haut mentionné:

    « Apprêts culinaires

    • Fraîchement cueilli et cru, à la façon des Amérindiens : croquer dedans comme s’il s’agissait tout bonnement d’un radis. Mais on peut encore le râper et le servir en salade : la sauce rémoulade lui convient aussi bien qu’au céleri-rave. Pour éviter qu’il ne s’oxyde, le mettre dans de l’eau citronnée tout de suite après l’avoir râpé.
    • Cuit au four, en robe des champs : peler une fois qu’il est cuit et servir avec du beurre ou de l’huile d’olive, du sel, du poivre, du persil, de la ciboulette. On peut aussi le rôtir au four après l’avoir assaisonné à la sarriette ou avec une autre herbe au choix.
    • Dans un potage ou une crème : réduit en purée, puis mélangé avec du lait de vache ou de soya et assaisonné à la marjolaine.
    • Coupé en tranches et sauté dans un wok à la manière chinoise.
    • En frites ou en croustilles.
    • En jus (par extracteur). Pour quelques sous le verre, on peut profiter de tous les bienfaits de ce jus réputé pour ses vertus régénératives.
    • Apprêter à la vapeur les jeunes feuilles ou les jeunes pousses tout juste sorties de terre.
    • Récoltées à l’automne, les fleurs seront ajoutées aux salades. « 

    « Principes actifs et propriétés

    Inuline et oligofructose. Les principaux composés actifs du topinambour sont l’inuline et l’oligofructose, des glucides de la famille des fructanes. Ces composés sont présents dans d’autres aliments, tels la chicorée, l’ail, l’oignon, le blé et l’asperge1. Bien que le blé et l’oignon soient les deux principales sources d’inuline et d’oligofructose de la diète nord-américaine, ce sont la chicorée et le topinambour qui en sont les sources les plus concentrées. Ces glucides ne sont pas absorbés par l’organisme, ce qui leur confère des propriétés santé particulières. Ces propriétés n’ont pas toutes été étudiées chez l’humain et quelques-unes sont controversées. De plus, la plupart des études ont été réalisées à partir d’inuline ou d’oligofructose extraits ou pas du topinambour et n’évaluent pas les effets de la consommation usuelle de cet aliment. »

    topin

    http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=topinambour_nu#P80_9022

    Communiqué: Fête des Semences de Lanaudière et autres nouvelles

    Classé sous Communiqués — Marie-Odile Lebeau @ 18:34

    Salut tout le monde !  Voici que l’Union paysanne de Lanaudière refait surface… la dormance de l’hiver est bientôt finie !  Non, dans les faits, il s’en est passé beaucoup depuis notre dernière assemblée générale et le congrès national qui suivait… en même temps qu’avait lieu un Colloque sur la multifonctionnalité de l’agriculture en Matawinie. Quelle histoire !  Et bien sûr, il y a votre représentant régional, Marc-Antoine Minville, qui s’est engagé au Conseil de coordination de l’Union paysanne en tant que responsable des communications… (bonne chance!) … 

    Puis dernièrement, la sortie du rapport de la commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois, qui fait beaucoup jaser, puisqu’il sort presque tout droit de la bouche et des mémoires de l’Union paysanne… incluant la question du monopole syndical en agriculture !  Le dossier sera très chaud ce printemps, restez à l’affût… Merci à tous ceux et celles qui ont participé à bâtir le mémoire de l’Union paysanne de Lanaudière ! 

    À VENIR…

    9 mars 2008: Fête des Semences de Lanaudière, au Cégep de Joliette,  de 10h à 17h,  entrée libre 

    VOIR:  http://unionpaysanne.com/content/view/110/60/ (VOUS Y TROUVEREZ L’AFFICHE À IMPRIMER)

    15 mars 2008: Conseil national de l’Union paysanne 

    Le conseil régional de l’Union paysanne de Lanaudière:

    P.S. Pour rester au fait de nos événements:  www.unionpaysanne.com 

    Source

    Marc-Antoine Minville, Alex Boisdequin-Lefort et Emmanuel Beauregard 

    Union Paysanne de Lanaudière 5650, ch. Lac-Morgan,
    Rawdon, Qc., J0K 1S0 

    uplanaudiere@yahoo.ca 

    23 février, 2008

    Traditions

    Classé sous Traditions — Marie-Odile Lebeau @ 15:19

    Cet espace est destiné à recueillir vos témoignages sur les traditions d’occupation et d’utilisation de l’habitat forestier et des champs de notre région…

    Vieilles méthodes de cueillette, recettes de cuisine, trucs pour les cultures ou l’élevage, la conservation,  témoignages sur les rythmes des jours et des saisons,  installations de chantier où d’habitation…photos, récits, lettres d’archives…

    123

    SAINT YAN infos |
    prince zone |
    Edouard Chammougon |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DAROU L ISLAM
    | ENSEMBLE ET DROIT
    | Faut-il considérer internet...